L’été s’installe dans les assiettes avec la nouvelle carte de la Bouitte

Les épicuriens, les gastronomes en quête d’expériences gustatives découvriront de nouvelles créations à la Bouitte avec une carte estivale rafraîchissante et placée sous le signe du végétal. Bien plus que l’hiver, les terroirs alpins, forts de multiples poissons de lacs et rivières d’altitude,  légumes sauvages, plantes, herbes et fruits de montagne, s’expriment dans toute leur plénitude. De la couleur, des parfums, des textures subtiles… La Bouitte vous invite à un cocktail gourmand à savourer sans modération, des mises-en-bouche jusqu’aux desserts.

Des mises en bouche rafraîchissantes

La Bouitte érige la gourmandise en véritable art. Pour éveiller vos sens, René et Maxime Meilleur ont concocté de nouveaux apéritifs alléchants notamment le Matafan, des pommes de terre râpées avec un peu d’ail, poêlées dans de petits cercles et agrémentées d’Achillée millefeuille. Cette dernière, à la fine amertume, tire son nom d’Achille, qui aurait découvert et utilisé la plante pour guérir les blessures de ses soldats lors de la guerre de Troie.

N’oublions pas non plus une petite brioche accompagnée de son beurre à la truffe. Après cette entrée en matière qui vous ouvrira l’appétit, laissez-vous séduire par de nouvelles mises en bouche. Les gnocchis avec leur bouillon de tomate et la livèche au parfum puissant de céleri vous entraîneront sur des pentes rafraîchissantes.

Des plats aux saveurs de la Savoie

Poursuivez l’aventure gastronomique avec de tout nouveaux plats concoctés par les Chefs et leur brigade. Les escargots sautés en persillade sont servis avec un velouté d’escargots et des dés de citron. Vous allez frissonner de plaisir avec les radis glaçons, des radis blancs qui rappellent la neige de la Savoie, servis en mousse neigeuse avec un caviar Alberta et de l’huile de noisettes sauvages.

Place ensuite à la subtilité et le raffinement de la chair des poissons de lacs. Les écrevisses cuisson meunière, s’accompagnent d’un petit épeautre cuisiné à la manière d’un risotto avec des tiges de cresson. La perche cuite sur plancha, arrosée à l’envoi d’un filet de citron, se marie avec une mini-aubergine plongée dans un bain d’huile et pochée dans un fumet de poisson, le tout accompagné d’huile d’épilobes.

L’Omble Chevalier sauvage s’acoquine de son côté avec des oignons fanes et s’agrémente d’une vinaigrette avec huile de noisettes et salicorne. Les carnivores ne sont pas oubliés avec un classique savoyard revisité, le carré d’agneau, cuit dans un four en pierre de lave et servi avec des mini-céleris raves de 5 cm de diamètre et une rémoulade de céleri dessus. La pintade est rôtie avec des haricots verts en salade, accompagnée de foie gras, de dés de gelée de pintade, de quelques herbes fraîches et de jus de truffe.

Des desserts moelleux et onctueux

Point d’orgue de la nouvelle carte, les desserts sont l’un des points forts immanquables de La Bouitte, entre créativité juste, pureté et éclat, justifiant à eux seuls le voyage. En nouveauté, les cerises burlat se parent d’un clafoutis brioché agrémenté de sureau et de cerises givrées. Quant au baba, il se nappe d’une mousse de crème anglaise pour vous faire fondre de plaisir.

Entre innovations et tradition savoyarde, la nouvelle carte de la Bouitte donne envie de s’attabler et de profiter de l’art de vivre des montagnes.

 

Share Button